Actualités

← Revenir aux actualités

Les Rencontres 2016 du RIUESS à l’heure des « communs »

Ellyx était aux XVIèmes rencontres du RIUESS, le Réseau Inter Universitaire de l’Economie Sociale et Solidaire, qui se sont tenues à Montpellier du 25 au 27 mai dernier. Petit retour sur un thème d’actualité, les « communs », qui méritait bien trois jours de débat…

 

D’année en année, le RIUESS offre aux chercheurs, et plus globalement aux acteurs de l’ESS, un moment d’échanges autour d’enjeux sociétaux qui font la part belle à l’Economie Sociale et Solidaire. Et cette nouvelle édition n’a pas fait exception à la règle en choisissant pour thème l’articulation entre ESS et Communs, un sujet d’actualité qui s’inscrit pleinement dans le champ de l’innovation sociale. De quoi susciter l’intérêt d’Ellyx qui, une fois sur place, a assisté à de nombreux ateliers, en rencontrant au passage des chercheurs reconnus comme Patrick Gianfaldoni ou encore Nadine Richez-Battesti…

 

« Commun » ou « Communs »?

Le mot « commun » est évocateur et ce n’est déjà pas tout à fait la même chose de l’employer au singulier ou au pluriel. Le bien commun renvoie à la notion d’intérêt général. Il permet de penser qu’il y a dans le fait de faire société quelque chose de plus que la somme des individus qui la compose. Il rend possible le dépassement des intérêts individuels pour un projet plus grand, plus juste et plus humain, même s’il peut lui être reproché d’être théorique ou désincarné. De façon plus prosaïque, les communs évoquent également les parties communes dans l’habitat collectif. Leur gestion parfois conflictuelle nous rappelle que même une cage d’escalier n’est pas si facile à partager. Cette polysémie du commun, du noble au trivial, ne doit donc pas nous faire oublier que quelque part, dans l’imaginaire collectif, le fait que beaucoup de personnes puissent avoir un égal accès à une même chose lui fait paradoxalement perdre de la valeur.

 

Cette thématique qui se trouve au cœur du processus d’innovation sociale intéresse Ellyx à plus d’un titre et nous avons suivi avec attention les différents ateliers. En effet, comment construire du commun dans une société dont les cadres juridiques, culturels, politiques sont profondément individualistes ? Les approches sont variées et dépendent de l’échelle d’analyse retenue. Il faudrait selon nous parvenir à penser simultanément ces échelles, de façon à ce que chaque projet d’innovation soit en mesure de traduire concrètement une approche générique en lien avec des enjeux de la société dans son ensemble et qu’il ne soit pas seulement une réparation sectorielle et localisée de mécanismes de solidarité qui s’effritent par ailleurs.

 

Cet exercice n’est pas évident et les différentes approches des communs qui ont été abordées tout au long du colloque en témoignent.

 

Repenser la société

Il y a un enjeu à prendre en compte les communs comme ressources, ainsi que l’a défendu Benjamin Coriat dans son intervention. Les innovations sont nécessaires d’un point de vue aussi bien juridique que politique et socio-économique pour préserver et assurer la juste répartition de ces ressources. Comment penser en effet la distribution des droits de propriété autour de ces éléments qui peuvent être aussi bien tangibles qu’intangibles ? Si les usagers des communs sont collectivement propriétaires, alors ce sont deux siècles d’histoire qui doivent être remis en cause, deux siècles au cours desquels la notion de propriété s’est construite jusque dans nos cadres de pensée comme individuelle, indivisible et inaliénable. Comment penser une répartition qui soit juste entre les usagers qui en partagent la propriété ? Les divergences d’intérêt pouvant se cristalliser autour d’un commun mettent en danger le maintien de cette ressource sur le long terme, ce qui est parfois appelé la « tragédie des communs ». Des modes de gouvernance innovants doivent donc être imaginés.

 

De fait, les communs incarnent donc à différentes échelles la question de la justice sociale dans son ensemble. Il y a simultanément l’enjeu de penser le commun comme projet politique, ainsi que l’a proposé Christian Laval le lendemain. Il semble en effet que le risque est de voir se développer, en parallèle de la société dans son ensemble, une forme de repli sur des solidarités locales et sectorielles dont on croit, par la proximité, qu’elles seront plus facilement appropriées. Comment les communs parviennent-ils au contraire à limiter les fragmentations que l’on retrouve à tous les niveaux, politiques, sociaux, économiques ? L’époque semble fourmiller de solutions collectives : des indépendants se regroupent en coopérative d’activité et d’emploi, des habitants participent à l’élaboration de leur logement, des consommateurs s’associent pour gérer un supermarché. Ces solutions peinent à construire au-delà de l’implication individuelle des uns et des autres. Comment parvenir à faire système non pas à côté de la société mais dans la société ? A créer du commun au-delà des usages individuels ?

 

← Revenir aux actualités

Archives :

← Revenir aux actualités

Archives :

Ellyx

Fruit d’un optimisme et d’une volonté d’agir sur des problématiques structurantes de la société, Ellyx fait de l’innovation sociale le cœur de son activité et participe à l’émergence de solutions d’intérêt général.

Composée de chercheurs-consultants également entrepreneurs sociaux, Ellyx propose un accompagnement « sur mesure » et développe pour ses clients des projets à fort impact sociétal en s’appuyant sur des outils performants issus de sa recherche. Concevoir des solutions pour demain, créer de nouveaux services et produits, concrétiser des projets d’innovation, renforcer l’utilité sociale et économique, voilà notre mission !

Contactez-nous

123 Avenue René Cassagne

33150 CENON

Antenne de Poitiers
34 boulevard Solférino
86000 POITIERS

09 83 32 76 70

contact@ellyx.fr

Mentions légales

Retrouvez-nous sur

Newsletter