Actualités

← Revenir aux actualités

Du développement durable à l’innovation sociale : d’un paradigme à l’autre ?

Le concept de développement durable s’est largement et profondément répandu dans nos sociétés. Cette conception du Bien commun, inspirée du rapport Brundtland de 1987, a été consacrée lors du sommet de la Terre de Rio en 1992. Conciliant les trois piliers de l’activité humaine que sont l’économique, le social et l’environnemental, le développement durable a puissamment contribué à transformer depuis une trentaine d’années tant les politiques publiques que les pratiques des organisations, ou encore les comportements des citoyens.

 

L’approche environnementale du développement durable

Autant l’innovation sociale est fille de la crise économique et sociale qui touche les pays développés depuis la fin des « Trente Glorieuses » et notamment depuis une dizaine d’années, autant le développement durable est directement issu de cette époque de forte croissance industrielle et économique, basée sur une sur-utilisation des ressources, en premier lieu des énergies fossiles. Le sommet de la Terre marque symboliquement la prise en compte que le modèle de développement (largement occidental) qui s’est opéré à partir de l’après guerre n’est pas tenable tant il met en péril les écosystèmes sur lesquels reposent nos modes d’organisation sociale, voire notre vie toute simplement. En cela, la rupture représentée par le développement durable est avant tout l’intégration de la problématique environnementale sur l’agenda de la politique mondiale, dont elle était auparavant largement absente. Et cette intégration s’est plutôt opérée, au moins dans un premier temps, au détriment des deux autres piliers ; l’économie étant perçu comme une donnée du problème plutôt qu’une solution, et le social étant largement renvoyé aux seuls enjeux de la gouvernance (et de la place de la société civile).

Certes cette imprégnation de l’approche environnementaliste du développement durable dans nos sociétés ne s’est pas opérée sans heurt ni sans résistance. Rétrospectivement, son succès apparaît pourtant assez éclairant, notamment dans le cas français : généralisation des agendas 21 dans les politiques territoriales, reconnaissance du principe de précaution et du pollueur-payeur dans le droit ; Grenelle de l’environnement en 2007 ; intégration des problématiques environnementales dans l’ensemble des grandes politiques nationales, sur le plan industriel, au niveau de la gestion des déchets, de la mobilité, de l’habitat ou sur le plan agricole ; généralisation des pratiques relevant de la responsabilité sociétale des organisations, avec une focalisation sur les enjeux relatif au coût carbone, etc. Est-ce justement en raison de ce succès et du sentiment que beaucoup a été fait et est fait sur l’environnement ? Est-ce plutôt la faute à la crise économique qui a de nouveau frappé à la fin des années 2000 et remis au premier plan les enjeux sociaux, notamment l’emploi, ou encore les problématiques identitaires et de société ? Dans tous les cas, il semble que l’approche environnementale du développement durable se soit normalisée et, ce faisant, soit progressivement replacée au second rang des priorités gouvernementales.

 

Vers une approche plus équilibrée du développement durable ?

Une nouvelle approche du développement durable semble aujourd’hui s’imposer, même si elle s’opère par l’imposition de nouveaux concepts au détriment de celui de « développement durable » en tant que tel, disqualifié par son empreinte trop environnementale. Au travers de l’entrepreneuriat social ou de l’innovation sociale, sont réinvestis les univers symboliques attachés au développement durable, mais avec une prise en considération plus forte de l’impact sur la société et non pas seulement sur « l’éco-système » ou le « milieu », dans son versant économique (création d’emploi ou d’activité économique) comme social (intégration des enjeux relatifs au bien-être, à l’organisation et au fonctionnement du « corps » social). Ce glissement se note, par exemple dans l’avènement de la certification ISO 26000 publiée en 2010, qui renvoie la norme ISO14001, publiée en 1996 et revisitée en 2004, au paradigme ancien du développement durable.

Plus fondamentalement, on voit tout un espace d’expertise ou de savoirs se déplacer. Les thématiques de l’économie circulaire ou de l’économie de la fonctionnalité remplacent les enjeux relatifs aux éco-industries et aux éco-procédés, même si elles les renouvellent et les dépassent, plutôt qu’elles ne les sanctionnent. La problématique d’intérêt général réapparaît pour requestionner différemment les enjeux du Commun. Les sciences humaines et sociales s’intègrent davantage dans une pensée auparavant captée par les scientifiques issus des sciences de la Nature. L’excellence environnementale se voit enchâssée dans des problématiques sociales telles que le pouvoir d’achat, les pratiques culturelles ou les enjeux de pouvoirs. Pour bon nombre de Français, la voiture décarbonnée ou la maison écologique constituent des mirages. Avec l’innovation sociale, le développement durable intègre une donnée déterminante : si elle n’est pas avant tout une réponse au besoin sociétal, l’écologie demeurera captive des intérêts et des possibilités d’une fraction de l’humanité.

← Revenir aux actualités

Archives :

← Revenir aux actualités

Archives :

Ellyx

Fruit d’un optimisme et d’une volonté d’agir sur des problématiques structurantes de la société, Ellyx fait de l’innovation sociale le cœur de son activité et participe à l’émergence de solutions d’intérêt général.

Composée de chercheurs-consultants également entrepreneurs sociaux, Ellyx propose un accompagnement « sur mesure » et développe pour ses clients des projets à fort impact sociétal en s’appuyant sur des outils performants issus de sa recherche. Concevoir des solutions pour demain, créer de nouveaux services et produits, concrétiser des projets d’innovation, renforcer l’utilité sociale et économique, voilà notre mission !

Contactez-nous

123 Avenue René Cassagne

33150 CENON

Antenne de Poitiers
34 boulevard Solférino
86000 POITIERS

09 83 32 76 70

contact@ellyx.fr

Mentions légales

Retrouvez-nous sur

Newsletter